Sud-Kivu : Marcellin Bahaya dans la course à la sénatoriale, plusieurs acteurs sociaux et politiques en province parlent de la candidature de la nouvelle classe politique

L’ancien ministre provincial de l’agriculture, Marcellin Amani Bahaya, a déposé sa candidature à l’élection des sénateurs pour le compte du Sud-Kivu, ce vendredi 1er mars. Dans une déclaration à la presse, ce jeune ambitieux a soutenu que sa candidature représente la jeunesse pour laquelle il se bat depuis des années.

« Ma motivation est d’être le porte-parole de cette jeunesse qui a été abandonnée par cette gérontocratie que nous dénonçons matin, midi et soir. L’idée est de servir la population du Sud-Kivu, de servir les députés provinciaux qui ne sont pas payés avec les cadres de l’administration de l’assemblée. C’est effectivement pour plaider la cause du Sud-Kivu », a soutenu Marcellin Bahaya.

Très serein, Marcellin Bahaya a présenté sa candidature en tant qu’indépendant. Il motive cette démarche par le souci de vouloir fédérer les élus provinciaux issus des différents regroupements et partis politiques.

« Je le fais en tant qu’indépendant parce que mes électeurs, qui sont les députés provinciaux, proviennent de divers horizons politiques. Et pour fédérer toutes les forces autour de cette candidature de la jeunesse, je me suis présenté en tant qu’indépendant« , a-t-il soutenu. Interrogé sur sa capacité, en tant que jeune, à réussir et à se faire une place dans la course des grands baobabs politiques, Marcellin Bahaya se dit confiant que les élus provinciaux, en hommes de bonne moralité, ne céderont pas aux antivaleurs.

« Je fais confiance aux députés. Je sais qu’à l’assemblée provinciale, il y a du sang neuf. J’ai confiance que ces députés éliront des sénateurs sans passer par la corruption« , a laissé entendre Bahaya.

La candidature de Marcellin est saluée par plusieurs jeunes qui l’ont accompagné. Ces derniers pensent que les élus provinciaux, en votant pour un jeune, auront franchi un pas vers le rajeunissement de la classe politique en donnant place à de nouvelles énergies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *