RDC : 36 nouveaux cas des violations et abus contre les DDH, journalistes et médias

L’ONG Partenariat pour la protection intégrée, (PPI) a documenté 36 nouveaux cas de violations et abus contre les défenseurs des droits humains, les journalistes et les médias en République démocratique du Congo pour le compte du mois d’avril 2024.

PPI dans son feuillet déplore cette hausse des cas de violences des droits humains comparativement au mois de mars dernier où seulement 12 cas étaient enregistrés.

PPI a documenté l’interdiction pour une vingtaine des journalistes d’accéder à la salle de plénière de l’Assemblée provinciale à Bukavu, transformée en bureau de vote pour les élections des sénateurs et gouverneur.

Cette organisation note par ailleurs dans la même province, l’arrestation de trois étudiants de l’Institut Supérieur de Commerce de Bukavu, dont deux sont en detention dans la prison centrale, en date du 16 avril alors qu’ils manifestaient aux côtés de leurs camarades pour réclamer la réintégration du porte parole de leur institution exclu définitivement pour avoir dénoncé la majoration des frais académiques.

Au Nord Kivu, PPI a répertorié l’arrestation de 11 militants dont une femme du collectif des mouvements citoyens et groupes de pression de cette dernière, et conduits au cachot de la police de renseignement, alors que ces militants de différentes structures dont Filimbi,Tujitegemee, Lucha,Veranda, Mutsanga, voix des marginalisés, génération positive en RDC, Lisanga po na Kongo ya Sika et Jicho la Raiya, lors d’une manifestation pacifique pour réclamer la sécurité dégradée dans cette ville.

Dans cette même province, à Goma un journaliste de Rutshuru a été attaqué par des hommes armés du service de renseignements militaires la soirée du 17 avril, et une autre tentative d’assassinat d’un journaliste à Béni.D’autres actes de violations des droits humains dans la province de Tshopo d’où une arrestation de 12 activistes pro démocraties à Kisangani.

Au regard gard de ce tableau sombre, l’organisation PPI, recommande au gouvernement congolais de veiller au strict respect de tous les textes légaux qui promeuvent les droits des DDH, journalistes et médias afin de garantir la liberté de la presse et la liberté d’expression en RDC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *