Masisi : paralysie des activités sur la route Kitshanga-Mweso à Muhongozi

Une psychose générale a été observée dans les premières heures du jeudi 7 mars, sur la route Kitshanga-Mweso, au niveau de Muhongozi et Kihira, des villages situés à environ 9 à 10 km du centre de Kitshanga, dans le groupement de Bashali Mokoto, territoire de Masisi, au Nord-Kivu.

Selon les témoins de l’événement, cela est dû à une attaque des jeunes combattWazalendo du groupe d’autodéfense CMC, qui ont lancé un assaut à Muhongozi après avoir bloqué la route à Kihira afin d’empêcher le renfort des rebelles M23 provenant de Kitshanga.

Ces mêmes sources précisent que certaines personnes, dont des motards et quelques passants, ont été blessées par balles, tandis que deux autres seraient décédées des suites de leurs blessures.

À cette même occasion, toutes les activités socio-économiques ont été suspendues, y compris les activités agricoles, et aucun habitant n’a été autorisé à quitter son domicile pour se diriger dans une autre direction.

« Nous allions aux champs, mais nous sommes rentrés. Il y avait des coups de feu qui éclataient là-bas au fond. Nous, les conducteurs de camions et de motos, avons décidé de rentrer. Nous ne savions pas ce qui se passait, mais il y avait des coups de feu et on nous a dit que la route était bloquée. C’est alors que nous avons décidé de rentrer sans connaître la vraie raison. Nous voulions chercher de la nourriture, mais étant donné la présence des militaires, nous ne pouvions pas nous aventurer là où les coups de feu retentissaient. Nous avons appris qu’il y avait quelques motards et certaines femmes blessés, qui ont été emmenés à l’hôpital », témoigne un habitant de Kihira.

À cet effet, deux camions de marque Fuso, remplis d’éléments M23-RDF, ont été visibles sur la route Kitshanga-Mweso afin de renforcer les effectifs dans la zone attaquée, mais ces derniers se sont arrêtés au niveau de Ndondo, près de Kimulango, sur une colline appelée Rusinga.

Rappelons que cette attaque intervient alors que la situation sécuritaire demeure volatile dans les villages proches de Kibirizi, en chefferie de Bwito.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *