Masisi : des violents affrontements entre les M23 et les Wazalendo signalés ce 22 janvier près de Mweso

Des nouveaux affrontements sont signalés ce lundi 22 janvier, dans les villages proches de Mweso en territoire de Masisi, notamment Pilote et Mbuhi sur la route Mweso-Kashuga, chefferie des Bashali au Nord-Kivu.

Au départ, les rebelles du M23 ont attaqué simultanément les positions des Wazalendo sur la colline Mbuhi à un endroit précisément à Kavumbura et sur d’autres collines surplombant les villages Mbuhi et Pilote, des positions qui étaient à proximités et celles des rebelles qui n’ont pas supportés.

Nos sources sur place indiquent que, dans la partie Mbuhi ces attaques n’ont pas durées, car quelques heures après un calme est revenu malgré que celà ont débutées depuis 5 heures du matin, causant un déplacement des habitants les uns vers Mweso, Bukama, Kashuga et Rugarama, des villages situés dans la localité de Mweso.

Du côté pilote, les altercations se poursuivent jusqu’à présent, avec comme conséquence blocage de la route Mweso-Kashuga vers Kalembe, et une grande partie des populations se rendent dans la brousse pour trouver le refuge, craignant d’être blessés par dees coups des balles qui chantent l’hymne de coq dans la zone ciblée comme champ de bataille.Cette même situation s’observe depuis les heures vespérales du dimanche dernier 21 janvier jusqu’à à ce lundi 22 janvier, aux villages surplombant l’agglomération de Kirumbu entre ces deux parties en conflits, où l’ont signale une panique généralisée dans le centre de Kirumbu et les activités socio-économiques restent paralyséesdans cette partie de la chefferie de Bashali.

Pandant ce temps, aucun mouvement routier n’est signalé sur le tronçon routier Kibarizo-Kirumbu, à part, les déplacés qui se dirigent dans des sens différents en groupement Bashali Mokoto.

Signalons que la chefferie de Bashali reste ces derniers temps un terrain d’affranchissement entre les jeunes résistants et la rébellion du M23, car ces jeunes disent ne pas laisser même une centimètre aux agresseurs du M23/RDF.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *