Masisi : attaque des rebelles du M23-RDF contre les jeunes « Wazalendo » à Kalengera

Des terroristes du M23 ont lancé une attaque contre la position des résistants « Wazalendo » dès les premières heures de ce jeudi 21 mars, à Kalengera, village situé dans la localité de Kirumbu, dans le groupement Bashali Mokoto, dans le territoire de Masisi, au Nord-Kivu.

Selon des sources locales, c’est vers 5 heures du matin que des détonations provenant d’armes lourdes et légères ont été entendues dans cette partie de la chefferie de Bashali, entraînant un déplacement massif de la population vers des localités voisines.

Au cours de ces affrontements, qui ont duré au moins 7 heures, certains habitants se sont dirigés vers Kirumbu centre et Kabati avant de timidement retourner dans l’après-midi de ce même jeudi, après une accalmie temporaire observée dans la zone. À l’heure actuelle, l’agglomération de Kalengera est sous le contrôle des jeunes résistants « Wazalendo » qui n’ont pas été délogés par les rebelles du M23-RDF.

« Des coups de feu ont été entendus tôt le matin opposant les Wazalendo aux membres du M23 à Kalengera, dans la localité de Kirumbu. Pour le moment, la situation est calme. La population de Kalengera s’est dirigée vers des zones un peu plus sécurisées, mais il y a un retour progressif vers Kalengera. La zone est toujours sous le contrôle des Wazalendo. Nous demandons de l’aide, nous souffrons beaucoup », déclare un habitant de la place.

De plus, les terroristes du M23, basés dans les montagnes surplombant l’agglomération de Kirumbu, sont considérés ces derniers temps comme des prédateurs susceptibles de lancer des attaques contre les jeunes résistants contrôlant d’autres villages de cette localité presque entièrement sous leur emprise.

C’est la crainte exprimée par la population de cette région de Masisi. Il convient de rappeler que depuis un certain temps, ces villages sont constamment visés par l’ennemi qui ne cesse de perturber les forces des jeunes « Wazalendo » présents dans cette région de la chefferie de Bashali.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *