Masisi : 2 soldats onusiens blessés dans des tirs des rebelles du M23 dans la zone de Karuba

Deux casques bleus de la Monusco ont été victimes des tirs en armes lourdes la journée de ce vendredi 2 février, aux alentours de Karuba, groupement Mupfunyi Karuba chefferie des Bahunde en territoire de Masisi au Nord-Kivu.

D’après les sources proches de la Monusco, ces victimes étaient en bord d’un hélicoptère de la mission onusienne effectuant ses mouvements comme d’habitude sur l’étude du territoire avant d’être la cible des tirs des terroristes du M23 dans les zones de Karuba.

Après le constant fait par les experts de l’ONU quelques minutes après l’atterrissage de l’appareil endommagé à Goma, l’une parmi les personnes touchées par ces tirs a été grièvement blessée et le second légèrement.

De son côté, la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC et Cheffe de la MONUSCO, Madame Bintou Keita, très touchée par ces tirs ciblés, condamne ces agissements de ces terroristes contre un aéronef portant l’emblème des nations unies, tout en souhaitant prompt rétablissement aux blessés.

Elle lance un appel à ces terroristes du M23-RDF à cesser avec les éventuelles hostilités qui mettent à péril l’indépendance du peuple congolais surtout dans la partie Est de RDC, notamment dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Nyiragongo. La Cheffe de la MONUSCO rappelle à cet égard que les attaques contre les casques bleus peuvent constituer un crime de guerre.

Rappelons qu’une attaque similaire à été enregistrée dans la région de Mweso, en groupement Bashali Mokoto, où ces mêmes éléments du M23 avaient pris pour cible un hélicoptère de la Monusco. Se servant de Pkm, ces combattants avaient tiré sur l’appareil mais sans l’atteindre, causant la panique momentanée dans le chef de la population. Ces attaques ciblées contre les avions de la Monusco sont devenues fréquentes depuis l’établissement de l’opération conjointe entre la Monusco et les FARDC dénommé « Springboks » en vue de protéger la cité de Sake et la ville de Goma contre les attaques des rebelles du mouvement du 23 mars « M23 ».

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *