Masisi : 2 morts et plusieurs blessés aux côtés des maisons endommagées, bilan provisoire du bombardement par les terroristes du M23 ce 22 février à Sake

Deux (2) personnes sont décédées et plusieurs autres ont été blessées aux côtés des maisons endommagées, selon le bilan provisoire du bombardement signalé dans la nuit du jeudi 22 février, à Sake par les rebelles du M23-RDF lors d’un combat avec les jeunes combattants dits « Wazalendo » dans le groupement de Kamuronza en territoire de Masisi.

Selon nos sources, les victimes sont une mère et son fils, surpris par une bombe tombée dans un quartier résidentiel de la cité de Sake. En plus de ces victimes, plusieurs autres blessés sont à déplorer.

Au total, plus de six (6) bombes de différents types ont été larguées à l’aveuglette dans cette cité et chef-lieu du groupement, ciblant quelques quartiers de la place.

Le quartier Mahyutsa est l’un des plus touchés par ces roquettes et mortiers du type 120 voire même 180.

Malgré ces bombardements, les jeunes resistants « Wazalendo » et les FARDC restent visibles à leurs positions, notamment sur la ligne de front, bloquant l’avancée de l’ennemi vers Sake. En effet, l’ennemi se trouve à seulement deux (2) kilomètres de Sake sur l’axe Rutoboko et sur des collines surplombant la cité, comme Kihuli en chefferie des Bahunde.

Face à cette situation dans la région, les observateurs estiment qu’il n’est pas opportun pour la population de Sake de regagner leurs domiciles, car la situation peut changer à tout moment.

Il est à noter que tôt le matin de ce vendredi 23 février, une accalmie temporaire a été signalée sur les lignes de front près de Sake. Cependant, avec la présence des deux parties en conflit sur le lieu, des échanges de tirs peuvent survenir à tout moment.

Rappelons que ces échanges de tirs surviennent une semaine après un calme relatif observé sur les lignes de front près de Sake. Cet épisode de calme a facilité la reprise du trafic sur la route Kitshanga-Goma, dans la province du Nord-Kivu.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *