Contrat minier U.E-Rwanda : la Belgique promet son implication à Félix Tshisekedi pour l’annulation du dit contrat

Après avoir échangé avec le premier ministre Belge, Alexandre Decroo, le Chef de l’État congolais Félix Tshisekedi Antoine obtient déjà l’implication de la Belgique pour influencer d’autres pays membres de l’Union Européenne à rompre cet accord sur le minerais avec un pays qui d’ailleurs n’a même un gramme de minerais dans son sol, selon lui.

Au sortir de cette rencontre, le président de la République pense que l’implication de la Belgique va dans le sens de vérifier la traçabilité et ou la provenance de ces minerais.

« Je suis content de la position de la Belgique qui se pose aussi des questions sur cet accord et nous pensons que cette position est très intelligente parce qu’elle va même dans le sens de dire on doit alors si accord il y’a, prendre soins de vérifier la traçabilité et donc la provenance de ces minerais. Nous nous sommes certains que ce sont des minerais volés à la République Démocratique du Congo et il n’est pas question pour nous que cet accord puisse passer ici. Il y’a toujours d’en faire plus dans nos démarches mais la Belgique fair déjà quelque chose », a lancé le chef de l’État congolais.

En rappel, l’Union Européenne et le Rwanda ont signé lundi 19 février dernier un protocole d’accord visant selon eux, à promouvoir le développement de chaînes de valeur durables et résilientes pour les matières premières critiques.

La commissaire européenne aux partenariats internationaux, Jutta Urpilainen, et le ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Vincent Biruta, ont expliqué que ce protocole d’accord établit une coopération étroite entre l’U.E et le Rwanda dans cinq domaines clés, comprenant notamment l’intégration de chaînes de valeur durables, la promotion d’une production et d’une valorisation responsables des matières premières, ainsi que la mobilisation de fonds pour le développement des infrastructures nécessaires.

Dans les six prochains mois, l’UE et le Rwanda élaboreront conjointement une feuille de route avec des mesures concrètes pour mettre en œuvre ce partenariat stratégique ont conclu les deux parties.

C’est pour cela que le président de la République, Félix Tshisekedi avait annoncé jeudi dernier, des démarches et actions pour obtenir la suppression de cet accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *